Addendum

Marie-Christine ARNAUTU


EUROPEAN GROUP
ENF
COUNTRY
France

NATIONAL GROUP
Rassemblement national

ATTENDANCE IN PLENARY SESSIONS +info
95%
266 out of 278 sessions attended.

PARTICIPATION IN ROLL-CALL VOTES
95%
9837 out of 10253 votes during the mandate.

SITTING INFO
Proposal for a regulation of the European Parliament and of the Council amending Regulation (EU) 2016/399 as regards the rules applicable to the temporary reintroduction of border control at internal borders
Committee on Civil Liberties, Justice and Home Affairs

DATE:
Show Agenda
REFERENCE:
NUMBER:
MINUTES:
VOTES ON THIS SITTING:
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 23S
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 26
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 32
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 64
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 44
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 3
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 5
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 6
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 7
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 12
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Am 15
A8-0356/2018. Tanja Fajon - Proposition de la Commission


WRITTEN EXPLANATION OF VOTE (A8-0356/2018)
Temporary reintroduction of border control at internal borders

Suite aux vagues d’attentats islamiques qui ont frappé l’Europe et aux vagues de migrants clandestins qui la submergent, de nombreux États membres ont temporairement réintroduit des contrôles à leurs frontières. Actuellement, 6 sont encore dans ce cas : Danemark, Autriche, Allemagne, Suède, Pologne, et la France, qui a rétabli ses frontières depuis les attentats du Bataclan. La réintroduction temporaire des contrôles aux frontières est une disposition prévue par les accords de Schengen. Or, elle n’est actuellement autorisée que pour une durée maximale de 6 mois, renouvelable 3 fois. La proposition initiale de la Commission introduisait un mécanisme permettant de porter de 2 à 5 ans la durée maximale de la réintroduction des frontières, sous conditions. Le rapport du Parlement en revanche est ouvertement anti-frontières : la réintroduction des contrôles serait « malheureusement » due à « un manque cruel de confiance mutuelle » alors que « les accords de Schengen doivent absolument être préservés ! ». Pour le rapporteur, les contrôles « justifiés par le risque de mouvements secondaires » de migrants seraient « très inquiétant ». J’ai donc voté contre le rapport qui cherche à réduire la marge de manœuvre des État, dans le but affiché de sauver Schengen.

Date issued: November 29, 2018